Souliers …

J’ai juste envie d’être là, avec toi. De partager ce que je suis, tout ce que je suis. Mes expériences, mes émotions, mes croyances, ma voix, mes voix, mes chants, les vibrations de mon corps, mon souffle. Mes mémoires aussi, mes nœuds, mes ressentis d’autres vies, de quand j’étais flamme dans le bûcher, de quand je ne pouvais plus respirer sous l’eau quand on m’a noyée pour se débarrasser de moi, de quand je rayonnais sous les étoiles ornées d’or et de diamants, de peintures célestes, prêtresse égyptienne en transe, de quand je remuais dans mon chaudron des plantes odorantes, de quand

ma voix s’élevait pour défendre un enfant, de quand mes racines cherchaient la profondeur de la terre, s’agrippaient à la roche froide, pour résister aux tempêtes diluviennes, de quand j’étais immobile, pierre chaude au soleil, fendue par le gel, n’ayant pour larmes que les ondées du matin, de quand je dansais sur les tables, bohémienne à demi-nue, ivre de joie et de musique, de quand je couchais sur les parchemins des formules magiques au service de rois incultes et sans vergogne …

 Oui, être là, avec tout cela. Le partager avec toi … « Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé … » mes souliers, mes bottes de sept lieux, mes escarpins dorés, mes pauvres savates …

Car je sais que, toi aussi, tu vibres. Je t’entends…

Je ne sais pas quels sont vraiment tes souliers, portes-tu des baskets usées, des bottes contre la pluie et les limaces, de belles chaussures en cuir qui épousent tes pieds, des mocassins d’occase ou des pantoufles volées ?

Mais j’entends, oui je ressens des souvenirs, des sentiments ancrés, des émotions nouées, tes cicatrices dessinent les cartes de drames et naissances renouvelées, ton souffle chante tes peurs … et tes joies.

Faisons route commune quelques temps, quelques instants… Donne-moi ton souffle et ton oreille, je vais te donner mes chants et mes histoires.

 

2 réponses sur “Souliers …”

  1. Une merveille… Merci de la douceur de ta plume…de ces mots enchantés! De tes mots qui réchauffent mon coeur et mes souvenirs. La présence de nos instants en danse partagés remonte à ma mémoire, ici et maintenant, avec bonheur.
    Voilà l’élan de venir à ta rencontre, autrement, qui s’éveille. De te montrer mes souliers!
    En attendant, je t’embrasse et te félicite pour ce beau, vraiment beau “bébé”!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *